Verband Schweizerischer Schifffahrtsunternehmen

de | fr | it | en
download
high quality

L’histoire des services de navigation en Suisse

Le premier bateau mû par une machine à vapeur a été mis en service sur le lac Léman. Le consul américain Edward Church avait reconnu l’utilité de l’exploitation d’un bateau à vapeur et son «Guillaume Tell» parcourait le lac dès le 1er juillet 1823. L’année suivante, le «Wilhelm» traverse le lac de Constance, puis en 1826 l’«Union» relie Yverdon à Bienne, alors que le «Verbano» du Royaume de Sardaigne est lancé sur le lac Majeur. En 1835, c’est le vapeur «Minerva» qui entre en exploitation sur le lac de Zurich. Deux ans plus tard débute la navigation à vapeur sur le lac des Quatre-Cantons avec le «Ville de Lucerne». Bientôt, tous les grands lacs et cours d’eau navigables voient également apparaître des bateaux à aubes. Il s’agit alors de petits bateaux à pont ras, d’une longueur d’environ 40 m et d’une largeur d’environ neuf mètres avec les tambours des roues à aubes.

La «Belle Epoque»

Le chemin de fer a fortement influencé la navigation lacustre. Dans une première phase, il amena les voyageurs et le fret jusqu’aux rives des lacs d’où ils étaient acheminés plus loin par bateau. Plus tard, il devint cependant une concurrence pour la navigation à vapeur. Ce n’est que dans le troisième tiers du 19ème siècle, début de la «Belle Epoque», que les touristes commencèrent à affluer en Suisse et rendirent florissante la navigation de croisière, principalement sur les lacs Léman, de Brienz et des Quatre-Cantons. On construisit, pour ces hôtes étrangers, de nouveaux bâteaux équipés de luxueux salons. La décoration intérieure de ces constructions correspondait à la mode de l’époque. Les constructeurs de ces bateaux-salons, les frères Sulzer de Winterthur et Escher Wyss de Zurich, acquièrent alors une renommée mondiale.

Deux guerres mondiales et la crise économique

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale surprit complètement les compagnies de navigation helvétiques. En 1913/14, de nouveaux bâteaux élégants avaient encore été lancés sur presque tous les lacs. Pendant la durée de la guerre et de la crise économique qui suivit, la clientèle étrangère resta éloignée de notre pays et les exploitants des compagnies de navigation éprouvèrent de grandes difficultés financières. Pendant l’entre-deux-guerres, de petits bateaux à moteur remplacèrent progressivement les gros vapeurs démodés et dépassés économiquement. Après la Seconde Guerre mondiale, toutes les flottes furent rajeunies et complétées par de nouvelles unités à moteur. Beaucoup de vapeurs furent alors mis hors service et voués à la démolition. Mais quelques associations locales d’amateurs de bateaux à vapeur entreprirent de lutter pour la sauvegarde de ces oldtimer et leur maintien en service. Aujourd’hui, ces anciens vapeurs à aubes constituent, à côté de la flotte moderne de bateaux à moteur, une attraction touristique.